Fais en sorte que ton avenir ne soit pas béni

11 Octobre 2018
Retour aux news

Un papa-gâteau ressemble à une intrigue de mauvaise télévision pendant la journée ; un homme âgé et riche qui couvre de jolies jeunes femmes de bijoux et de sacs couteux. Cela semble loin de la réalité de la plupart des gens, mais c’est une part de la vie très normale pour les jeunes femmes sud-africaines. Mais en Afrique du Sud, ces hommes portent un autre nom, les bénisseurs.

Kaelynne et Kamogelo sont des guides de Kenmare, près de Johannesburg, qui dénoncent les bénisseurs. Elles estiment que les médias sociaux ont aidé cette pratique à prospérer, mais pensent également que les plateformes numériques pourraient résoudre le problème.

Les bénisseurs sont un exemple de comportement dangereux auquel les jeunes femmes sont confrontées. L'Association mondiale des Guides et des Eclaireuses (AMGE) a souligné ce point dans le cadre des 16 Jours d'activisme contre la violence sexiste, avec la campagne 2018 intitulée Nos rues aussi. 16 Jours est un événement mondial qui se déroule du 25 novembre au 10 décembre et vise à mettre fin à la violence à l'égard des femmes et des filles. Dans le cadre de la campagne 2018, l'AMGE demande aux groupes d'identifier les rues dangereuses, de contacter les décideurs et de contribuer à rendre ces espaces plus sûrs pour tout le monde. En savoir plus ici.

Blessers WAGGGS/Megan Hunt

Kaelynne et Kamogelo ont débuté le guidisme en 2002 à l’âge de six et sept ans. Actuellement en début de vingtaine, elles connaissent un certain nombre de jeunes femmes dans leurs universités qui sont soutenues par des hommes plus âgés. Être une “bénie” est présenté comme un style de vie glamour et désirable. Beaucoup de filles utilisent des plateformes comme Instagram pour rechercher des bénisseurs.

“J’ai vu beaucoup de posts de filles que je connais qui partageraient une photo d’elles avec la légende : ‘ y a-t-il des bénisseurs qui ont envie de me payer des choses’ ou ‘qui veut être mon bénisseur’, a déclaré Kaelynne. “Ces hommes gâtent les filles, mais ensuite, elles doivent faire tout ce qu’ils veulent. C’est là que les problèmes commencent.” “Vous devez les rembourser d’une manière ou d’une autre ”, a poursuivi Kamogelo. Cela suppose toutes les faveurs sexuelles auxquelles la femme est censée se soumettre sans protester.

Blessers 2 WAGGGS/Megan Hunt

Bénisseur n’est pas non plus un terme de classe. “Peu importe l’âge ou la culture, tout le monde sait ce qu’est un bénisseur”, a continué Kaelynne. Tout le monde est également conscient des taux élevés de violence générale à l’égard des femmes dans le pays, mais il semble que peu de choses aient été faites pour l’arrêter. “J'aime notre pays mais nous avons tellement de problèmes. Nous avons des crimes ‘plus graves’ aux yeux des dirigeants”, a-t-elle déclaré. 

Mais les médias sociaux, la plate-forme qui apporte les bénies aux bénisseurs, pourraient également être un moyen de remettre en cause le statu quo. La récente campagne en ligne #menaretrash a dominé les médias sociaux sud-africains. Elle a été utilisée pour mettre en évidence la manière dont les hommes maltraitent les femmes dans tout le pays. "J'ai l'impression que c’est Twitter qui attire le plus l'attention en Afrique du Sud", a déclaré Kamogelo. "Je ne regarde pas vraiment les nouvelles, je vais juste sur Twitter et tout y est." Elles considèrent également les GUIDES d’Afrique du Sud comme une organisation qui pourrait mener le changement dans ce domaine.

Signez notre pétition # 16Days ici pour demander aux gouvernements de travailler pour mettre fin au harcèlement dans la rue.


Plus de news
Partager cette page