Plus de trafic d'êtres humains dans notre communauté

11 Octobre 2018
Retour aux news

Après avoir entendu parler d'un problème dans leur communauté, les guides de Sosukwana ont pris des mesures pour rendre leurs rues plus sûres. Découvrez leur histoire et découvrez comment vous pouvez participer à #16Days.

L’école de Sosukwana doit avoir l’une des meilleures vues en Afrique du Sud. L'école est ancrée sur une colline surplombant une vallée dans la région de Msinsini au KwaZulu-Natal, une province de l'est de l'Afrique du Sud. Ce campus pittoresque accueille normalement 410 élèves, mais l’année dernière, des rumeurs selon lesquelles des enfants auraient été victimes de la traite alors qu’ils se rendaient à l’école et qu’ils en partaient en ont éloigné beaucoup.

Sosukwana School 1 WAGGGS/James Oatway

“La communauté a eu peur que l'un des élèves disparaisse,” a déclaré un élève. “Les enfants avaient peur d'aller à l'école et les enseignants ont commencé à constater un certain nombre d'absences. ” Une enseignante a indiqué que c'était une période effrayante pour le personnel. “Après l'école, quand une voiture arrivait, les enfants se mettaient à courir de telle façon qu’ils auraient pu être blessés. Même nous, les enseignants, nous restions là et regardions pour être sûrs que tous les enfants rentraient bien chez eux ”, a-t-elle continué. “Ils ont fini par ne plus venir à l'école.”

Sosukwana School 2 WAGGGS/James Oatway

Un groupe de 32 guides de l'école âgées de 10 à 14 ans a décidé d'agir. Elles ont voulu sensibiliser le public à la traite des enfants et ont décidé d’organiser une marche. Elles ont fait appel à des parties prenantes telles que des travailleurs sociaux, la police et les responsables de l'éducation. La marche de juin 2017 a rassemblé tous les élèves ainsi que les membres de la communauté, les parents et le personnel des services de la santé, de la protection sociale, de la police et des transports. Le département du trafic a créé une scène pour les discours des différents responsables. La communauté a été dirigée aux bons endroits pour signaler un trafic et encouragée à parler.

Sosukwana School 3 WAGGGS/James Oatway

Les filles ont pu exprimer leurs inquiétudes face à la peur. Elles ont marché sur la route, chantant et fredonnant paisiblement. “Cela a envoyé un message et les guides ont encouragé les autres à s’ouvrir et à dire quelque chose”, a indiqué une guide.

Après la marche, les guides ont déclaré se sentir heureuses parce que la communauté avait manifesté son soutien aux élèves et qu'elles savaient désormais comment signaler les abus. Elles ont également déclaré que les élèves retournaient à l'école car ils se sentaient protégés. “Je me sentais comme une héroïne, car ceux qui avaient peur, surtout les enfants, se sentaient maintenant en sécurité”, a déclaré une guide. “Les guides aident les personnes maltraitées dans la communauté. Nous aidons les anciens qui ont besoin d’aide à la maison, les enseignants à l’école et nous protégeons l’environnement. Nous aidons toutes les personnes qui n’osent pas signaler les abus. Nous les encourageons à parler et à raconter s’ils voient quelque chose se passer dans la communauté.”

Sosukwana School 5 WAGGGS/James Oatway

De telles campagnes se déroulent dans le monde entier du 25 novembre au 10 décembre dans le cadre des 16 Jours d'activisme contre la violence sexiste. Cette année, l’Association mondiale des Guides et des Eclaireuses (AMGE) organise une campagne intitulée Our Streets Too (Nos rues aussi). Les groupes de guides, tels que l'école Sosukwana, sont invités à identifier les espaces non sécurisés, à contacter les décideurs et à contribuer à rendre ces espaces plus sûrs pour tous, car ils doivent être #OurStreetsToo. Vous pouvez en savoir plus ici. Cliquez ici pour savoir comment votre groupe peut participer à Nos rues aussi pendant ces 16 Jours.


Sosukwana School 4 WAGGGS/James Oatway
Plus de news
Partager cette page