Déléguées à New York

Aisling O'Boyle, 21 ans, IrlandeAisling - CSW62

En pénétrant dans ma salle locale des Jeannettes, à six ans, je n'aurais jamais imaginé que le guidisme me conduirait à faire de la luge dans les Alpes suisses, à explorer l'Inde, à rendre visite à des amis en Ontario et en Virginie et à parler devant le gouvernement irlandais.

A 18 ans j'ai lancé une nouvelle unité de guides pour les filles de 10-14 ans. Au cours des quatre dernières années, je les ai vu grandir en confiance et développer leurs propres opinions. Leurs récits de discrimination entre les genres sont l'un des facteurs clés qui me motivent à participer à la CSW62.

En poussant les filles hors de leur zone de confort, les guides leur montrent qu'elles ne peuvent plus être reléguées à des professions et des rôles sociaux particuliers. Personnellement, ma participation au Forum mondial des filles sur les objectifs du millénaire pour le développement m'a poussée à étudier les sciences politiques et la géographie au Trinity Collège de Dublin. Pendant mes études universitaires, j'ai étudié des théories sur la justice, le développement, la représentation et les relations internationales que je suis impatiente de mettre en pratique dans un contexte réel.

Je crois que l'égalité des sexes peut être atteinte de mon vivant. Mais elle ne va pas juste arriver ; elle doit être conduite et dirigée. Ce processus commence par l'autonomisation des filles et des jeunes femmes en investissant dans l'éducation et en leur fournissant un moyen de se former des opinions et de développer leur confiance. J'ai ressenti à quel point c’était puissant en menant des activités de plaidoyer pour 1000 jeunes filles au camp international des Guides irlandaises cet été.

En tant que déléguée à distance de l'AMGE pour la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques COP 21, j'ai observé la capacité de notre mouvement à plaider efficacement pour un changement mondial. En mettant en avant les préoccupations des filles sur des questions telles que l'éducation, la violence à l’égard des femmes et le manque de femmes aux postes de direction, nous pouvons faire en sorte que les voix des filles soient reflétées dans la politique.


Ankita Saigal, 20 ans, Malaisie Ankita CWS62

Ma passion pour la défense des droits des filles et des femmes est née au hasard d’une rencontre lorsque j’avais quinze ans.

Une amie de la famille employait une aide domestique de dix-sept ans, ce qui me chagrinait beaucoup, et j’ai posé des questions sur sa vie. Afin d’éduquer son frère, sa famille l’avait retirée de l’école et envoyée à la ville pour travailler. L’alternative pour les filles dans son village était de se marier.

J’avais déjà lu de telles histoires mais en faire l’expérience directe était différent. J’étais choquée. Je voulais aider mais ne savais pas par où commencer. 

Certains justifieraient cette situation en disant que les employeurs aidaient la jeune personne ; qu’elle était bien traitée et aurait travaillé ailleurs de toute façon. Mais ça n’est pas justifiable. C’est une violation des droits humains.

Cinq ans plus tard, j’aurais voulu avoir le courage que m’a depuis donné le guidisme pour parler à ses employeurs. J’ai réalisé que ma voix compte et que j’ai une responsabilité directe pour apporter le changement.

En grandissant, je n’aurais pas su dire quelles causes me passionnaient. Mais je sais désormais que rien ne me motive autant que de donner une voix aux filles et aux femmes et de promouvoir l’égalité des genres. J’ai compris que le changement passe par moi.

J’ai suivi la formation Stop à la Violence en Malaisie et à notre Chalet, ce qui a également provoqué chez moi une passion pour mettre fin à la violence à l’égard des filles et des femmes. En 2017 j’ai participé au Conseil des droits humains aux Nations Unies à Genève et je suis fière de représenter dix millions de filles à la CSW62, la 62ème session de la Commission de la Condition de la Femme.



Emma Guthrie, 26 ans, Royaume-UniEmma CSW62

Il y a vingt ans, j'ai rejoint le guidisme.

J'ai essayé l'équitation en tant que Jeannette, je suis allée skier en tant que guide, puis j'ai siégé aux Nations Unies pour l'ouverture de la CSW61 en tant que membre de la section senior.

Tout au long de ma vie, le guidisme a été une constante - me soutenant, me motivant et me mettant au défi.

Le guidisme m'a aidée à poursuivre ma carrière d’avocate. Il m'a donné la chance de faire des choses que je n'aurais jamais pu faire autrement et de pouvoir donner du pouvoir aux filles et aux jeunes femmes.

L'organisation m'a donné un espace sûr et une opportunité d'essayer de nouvelles aventures. Elle nous a également fourni un espace pour parler et créer de vrais changements. J'ai vraiment apprécié mon séjour à la CSW l'année dernière. Cela donne à des organisations comme l'AMGE la possibilité de se connecter avec les gouvernements et de les influencer. Ces organisations travaillent sur le terrain, en lien avec les vrais problèmes d'égalité des genres.

L'organisation a également la capacité d'avoir accès aux filles et aux femmes à travers le monde dans différentes communautés, souvent isolées, et qui présentent de nombreux défis. J'ai vu cela dans certaines îles et zones rurales en Écosse. Notre modèle d’organisation de personnes locales qui gèrent des unités locales signifie que nous pouvons fournir des ressources et des opportunités aux filles dans des communautés que d'autres organisations ne peuvent pas atteindre. Nous montrons aux filles qu'elles peuvent se créer un avenir qu’elles ont choisi.

Je connais l'incroyable capacité des organisations de guides et d’éclaireuses à changer la vie des filles et des jeunes femmes. Nous pouvons ajouter une grande valeur à la CSW62 et je suis heureuse de tirer le meilleur parti de cette opportunité.


Hannah Sanderson, 19 ans, Royaume-UniHannah CSW62

Ensemble, nous pouvons faire de l'égalité des genres une réalité. J'ai commencé le guidisme en étant une petite fille de 5 ans très timide, mais il a fait de moi une jeune femme forte et indépendante.

Je suis vraiment honorée de faire partie de la délégation de l'AMGE à la CSW, et de représenter fièrement 10 millions de guides et d'éclaireuses dans le monde.

Je dirige maintenant un groupe de Jeannettes de 7 à 10 ans. Devenir leader a été la meilleure chose que j’ai jamais faite. Je suis si fière de pouvoir apporter quelque chose à ma communauté locale et de contribuer à développer la confiance des jeunes filles et de les aider à briller. C'est incroyable de voir des filles de 7 ans nous rejoindre en tant que jeunes Jeannettes timides, puis nous quitter confiantes à 10 ans, sans peur de parler ni de faire le changement.

Atteindre l'égalité des sexes et les objectifs de développement durable représente une entreprise gigantesque ; cependant, c'est quelque chose que me passionne extrêmement. Je veux pouvoir mettre les jeunes au premier rang des discussions et m'assurer que toutes les voix soient entendues.

Faire partie de l'AMGE permet aux filles d'atteindre leur plein potentiel et leur donne les outils pour faire face à tout ce que la vie met sur leur chemin. Aller à la CSW avec l'AMGE est une chance pour montrer aux leaders mondiaux ce qui peut être accompli quand les filles et les femmes sont responsabilisées.

Mon but dans la vie est de faire une différence positive dans le monde, ce qui signifie pour moi atteindre l'égalité des genres, être partout une voix pour les filles et les femmes et être une source d'inspiration pour mes Jeannettes.

Je veux leur montrer qu'elles peuvent surmonter tous les obstacles sur leur chemin et avoir le courage de défendre ce en quoi elles croient.


Helga Mutasingwa M.D., 27 ans, TanzanieHelga CSW62

Je suis membre de l’Association des Guides de Tanzanie (TGGA), médecin et ancienne du séminaire Juliette Low.

Être déléguée de l'AMGE pour la CSW62 est une excellente opportunité de donner des points de vue, des opinions et des suggestions aux décideurs politiques au nom des filles du monde entier.

J'ai fait l'expérience dans les milieux hospitaliers de toute une gamme des différentes situations qui peuvent se présenter. Que ce soit des femmes blessées après avoir été battues par leur conjoint, des fausses couches, des filles maltraitées par leurs proches, des filles et des femmes mal nourries, la mortalité maternelle et la mortalité infantile.

Voir ces problèmes et avoir la plate-forme CSW62 pour en parler, tout en recherchant le soutien et la prévention, est un grand honneur.

Nous unissons nos forces grâce au guidisme dans le but d'améliorer l'égalité et de réduire le taux de mortalité.

Mieux vaut prévenir que guérir. La recherche de moyens pour éviter la violence, rechercher du soutien et accéder à une alimentation équilibrée sont quelques-unes des meilleures façons de réduire les causes de mortalité évitables chez les filles et les femmes.

Nous offrons une voix, nous soutenons la mise en œuvre et nous applaudissons les efforts de nos partenaires pour soutenir les progrès en matière d'égalité des sexes.


Henda Maarfi, 28 ans, TunisieHenda CSW62

Mon parcours d’éclaireuse a commencé à un très jeune âge.

J’étais passionnée par les activités du scoutisme féminin, l’éducation non formelle et l’esprit d’équipe qui anime le Mouvement.

Depuis ma toute première journée dans le scoutisme féminin à l’âge de six ans, j’ai eu le plaisir de progresser à travers toutes les étapes du Mouvement, passant de jeannette à guide puis aînée pour finalement devenir leader.

Tout au long de ces années, ma connaissance du Mouvement s’est approfondie, tout comme mon désir d’apporter ma contribution.

C’est grâce à cette passion de partager et de mobiliser davantage de filles que j’ai pu devenir commissaire internationale des Guides de Tunisie, un poste que j’occupe depuis 2015.

Ma participation au Mouvement du scoutisme féminin m’a ouvert des portes et permis d’être membre du jury à la Journée internationale de l’enfant fille à Washington DC, Etats-Unis.

J’ai ainsi eu l’opportunité de participer au projet pour le renforcement institutionnel et le développement de l’inclusion dans la société civile à l’organisation World Learning où j’ai préparé des informations au niveau mondial sur les minorités et les femmes.

Les activités organisées par les Scouts Tunisiens m’ont permis de participer à des événements à l’échelle nationale, régionale et internationale sur les droits des filles et des femmes.

Parmi ceux-ci, la CSW59 et la conférence Women Deliver à Copenhague au Danemark.

Je travaille également pour une fondation allemande qui s’appelle Friedrich Ebert où je collabore de près avec des mouvements syndicaux et sociaux afin de promouvoir l’égalité des chances dans le domaine économique, social et politique pour une démocratie forte et dynamique.

Je possède un Master en marketing et management de l’Institut supérieur de gestion de Tunis et j’ai obtenu le diplôme des leaders pour la démocratie du Centre des sciences politiques de l’université de Virginie.


Ines Gonçalves, 22 ans, PortugalInes CSW62

Quand j'avais sept ans, j'ai entendu parler d'un groupe de filles qui se réunissait tous les samedis.

J'ai demandé à mes parents si je pouvais y aller et ils m'ont emmenée à ma première réunion de guide. Cela semble très cliché mais, ce jour-là, j'ai trouvé quelque chose qui a révolutionné toute ma vie.

Je ne savais pas encore que ce Mouvement deviendrait une partie si importante de mon éducation, de mes croyances et de la façon dont je vois le monde.

Le guidisme m'a aussi apporté les amitiés les plus pures, les plus fortes et les plus précieuses. Rien ne peut davantage rapprocher un groupe de personnes que le camping ; rire jusqu'à ce que votre estomac vous fasse mal et regarder les étoiles autour d'un feu de camp.

Ces amitiés ont aussi aidé à me conduire à la CSW62. J'aurai l'immense privilège d'assister à cet événement après avoir remporté le concours U-report, en recrutant le plus grand nombre de filles pour rejoindre la plate-forme de l'Unicef et de l'AMGE. Je ne pouvais gagner qu'avec le soutien de mes guides qui m'ont aidée à recruter 1085 filles.

À la CSW62, mon objectif principal est de représenter la mission du guidisme ; aider chaque fille et jeune femme à développer pleinement son potentiel.

C'est une déclaration très puissante, mais pouvez-vous imaginer si cela se produisait pour chaque fille ? Moi oui ! J'ai vu cela m'arriver et maintenant je veux que chaque fille, peu importe son âge, sa nationalité ou sa condition sociale, ait les mêmes opportunités de devenir ce qu'elle veut être.


Lena Maria Rojas Segura, 25 ans, Costa RicaLena CSW62

Ma grande aventure avec le guidisme a commencé quand j'avais 21 ans. Je n'avais aucune idée de ce qui m’attendait.

Maintenant âgée de 25 ans, je suis l'une des bénévoles de l'Association des Guides et Scouts du Costa Rica et en dernière année d'un diplôme en travail social.

J'ai pris part à un certain nombre de projets liés à la violence contre les femmes et les enfants. Je dirige également un groupe de 7 à 10 ans appelé “Manada” en espagnol.

En 2016, j'ai rejoint l'équipe Stop à la violence du Costa Rica. Je crois que l'élément le plus important du projet est l'éducation, pas seulement pour les filles et les femmes, mais aussi pour les hommes et les garçons.

C'est un changement qui doit nous impliquer tous.

Je me rappelle clairement à quel point j'étais timide avant de rejoindre le guidisme et le scoutisme féminin. Depuis lors, je suis devenue une meilleure personne qui est plus confiante, heureuse, passionnée, et qui n'a plus peur quand il s'agit de parler pour moi et pour les autres.

Je suis également reconnaissante pour le soutien et l'amour incroyables démontrés par ma famille et mes amis. Ils m'ont poussée à ne jamais céder sur le chemin de la réalisation de mes rêves.

Représenter l'AMGE à la CSW était un grand rêve pour moi. Nous aborderons des sujets importants, notamment en soulignant la situation difficile de tant de filles et de femmes dans les zones rurales et en cherchant des solutions.

Nous avons besoin de plus de femmes et de jeunes filles aux postes de direction et dans les événements. Elles sont capables et méritantes. Parfois, nous sommes nos plus grands obstacles à la réalisation de ce que nous voulons. Mais nous devons croire en nous et faire face à nos peurs.


Lucia Scandalo, 22 ans, ArgentineLucia CSW62

Le guidisme m'a poussée à être audacieuse.

J'ai rejoint le Mouvement à l'âge de six ans et je peux dire avec confiance que le guidisme est ma passion. Je suis maintenant étudiante en psychologie et ces cours m’ont enseigné comment être curieuse de tout. Cela m'a fait remettre en question les rôles des genres et la position des femmes.

Une autre motivation importante pour postuler à un rôle dans la délégation CSW62 de l'AMGE est le groupe missionnaire dont je fais partie. Nous collaborons avec une communauté rurale de la province de Santiago del Estero, un hameau isolé sans accès facile à des services tels que l'électricité, l'eau potable, l'éducation et la santé.

J'admire les gens que j'ai rencontrés là-bas, ils sont forts et résilients. Mais ils ne devraient pas avoir autant d'obstacles. Tant de choses pourraient être faites pour améliorer leur qualité de vie. Je pense que la première étape consiste à leur donner une voix, ce qui est l'une des raisons pour lesquelles je suis fière de participer à la CSW62.

Beaucoup de femmes dans ma vie m'ont inspirée et montré que je peux réaliser tout ce que je veux, tant que je suis dévouée et persévérante.

L'une de mes expériences les plus marquantes dans le domaine du guidisme a été le temps que j'ai passé en tant que bénévole à notre Chalet, en Suisse. Là-bas, non seulement j'ai appris de nouvelles compétences, mais j'ai aussi rencontré beaucoup de femmes merveilleuses, passionnées par le guidisme et déterminées à faire entendre leur voix. Ces femmes autonomes sont la raison pour laquelle je suis maintenant assez courageuse pour élever ma voix et agir.


Lucy Christiana Agyeman, 29 ans, GhanaLucy CSW62

Avant de devenir guide, j'étais très timide, avec une faible estime de moi.

Le guidisme m'a donné l'espace et l'opportunité de me développer et de grandir. J'ai appris à prendre la parole grâce au Mouvement qui fournit aux filles une plate-forme leur permettant de s'exprimer sur les questions qui les concernent, notamment la traite des enfants, la violence à l’égard des femmes et des enfants, la confiance en soi et le leadership.

Depuis que je suis devenue guide, ma famille et mes collègues sont devenus de grands partisans. Ils voient les changements positifs qui se sont opérés en moi personnellement, spirituellement, émotionnellement, physiquement et socialement.

Je suis un leader adulte de l'Association des Guides du Ghana avec plus de 100 filles dans mon unité et commissaire aux relations publiques. Je motive les filles de mon unité et aime les regarder grandir pour devenir des leaders.

La CSW62 fournira une plate-forme géante et une opportunité pour moi de plaider en faveur des filles et des jeunes femmes. C'est un privilège de représenter 10 millions de voix, de faire partie des décideurs, de m'autonomiser et de m'assurer que personne n'est laissé de côté.

En tant que déléguée à distance de la CSW61, j'ai découvert les problèmes qui affectent les filles et les jeunes femmes et la manière dont les Nations Unies collaborent avec l'AMGE pour faire du monde un meilleur endroit.

Je suis ravie de faire partie de l'équipe qui participe à la CSW62 et je serai la coordonnatrice des déléguées du groupe de travail sur les communications. Je suis passionnée par l'autonomisation des jeunes femmes et des jeunes filles, en particulier dans les communautés rurales. Ayant travaillé avec des filles d'Anyaman, une communauté rurale ghanéenne, je crois en l'autonomisation des filles pour qu'elles puissent appliquer leurs droits et réaliser tout ce qu'elles veulent.


Praise Adeyemo, 22 ans, Nigéria Praise CSW62

“À votre âge et avec votre statut, vous portez toujours un uniforme et vous faites encore partie des guides?” est la question typique que l'on me pose lorsque quelqu'un me voit dans mon uniforme de guide.

Au départ, je n'étais pas à l'aise pour le porter non plus. J'étais la seule guide pendant la plupart de mes années de lycée et d'université. Mais je ne suis plus gênée.

J'ai une cicatrice sur la cuisse gauche qui est un rappel constant du prix que vous devrez peut-être payer en tant que chef. Au cours de ma cinquième année d'université, j'ai été mairesse de ma résidence universitaire. Je suis intervenue lors d'un incident alors que tout le monde se tenait en retrait et j’ai été mordue par un camarade de classe.

Pendant six semaines et demie, j'ai soigné ma blessure. La principale leçon que cela m'a enseignée était qu'en tant que leader, vous deviez toujours faire la bonne chose, peu importent les conséquences.

Je suis actuellement dans ma dernière année de médecine vétérinaire à l'Université fédérale d'agriculture, à Abeokuta, au Nigéria. Je suis titulaire d'un certificat en gestion de projet, j'ai été ambassadrice de la marque pour She Leads Africa et j'ai été formée en tant que jeune bâtisseur de la paix par l'Alliance des civilisations des Nations Unies.

Représenter et défendre les femmes et les filles est devenu pour moi une joie. Je viens d'une communauté rurale et je peux tout à fait comprendre les filles et les jeunes femmes de l’échelon populaire.

On a demandé aux femmes de rester silencieuses pendant si longtemps. Nous sommes fatiguées d'entendre cela. Nous connaissons le potentiel et le succès que nous pourrions toutes atteindre sans la disparité de genre. 


Tebogo Tsoane, Afrique du SudTebogo CSW62

Le guidisme m'a permis de passer d'une fille timide qui fixait toujours des limites sur ce qu’elle pouvait accomplir, à une jeune femme qui sait qu'il existe des opportunités et des aventures sans fin.

J'ai commencé le guidisme à l'âge de 12 ans. Je me souviens d'avoir assisté à mon premier camp et d’avoir été complètement stupéfaite de voir à quel point les leaders étaient confiants et sages. Ce fut ma première rencontre avec des jeunes femmes aussi fortes qui m'ont encouragée à viser plus haut et à trouver ma voix. Jusqu'à ce jour, j'apprécie toujours l'impact qu'a pu avoir un camp sur mon avenir en tant que guide, ainsi que sur ma vie en général.

Je crois fermement que la loi dans tous les pays joue fondamentalement un rôle, non seulement pour assurer la coopération, mais aussi pour améliorer la qualité de vie des gens. Après mes trois années d'études de droit, j'aimerais utiliser ces connaissances pour changer la vie des autres en améliorant les lois ou en influençant les décideurs.

Beaucoup de femmes font encore face à de nombreux défis de la société et de la culture qui les empêchent d'atteindre leur plein potentiel. Le travail de l'AMGE, associé à des événements comme la CSW, permet d’autonomiser les jeunes femmes d'aujourd'hui qui deviendront nos futurs leaders.

Je considère la CSW62 comme une excellente opportunité de participer à un dialogue mondial pour améliorer la qualité de vie des femmes et des filles. Je crois que l'autonomisation est la clé pour transformer des vies. Faire partie de cette délégation représente pour moi un grand pas pour devenir un agent du changement et réaliser le rêve de travailler pour l'AMGE et les Nations Unies.


Partager cette page