L’activiste

Miriam Msiska Nyoni, 53 ans, a été diagnostiquée séropositive au VIH à l'âge de 31 ans. C’est maintenant une activiste déterminée à partager son histoire afin de pouvoir changer l'état d'esprit des gens concernant la question du VIH / SIDA.

Miriam Msiska Nyoni, Malawi WAGGGS

“J'étais si malade. J'avais des taches noires sur tout le corps. J'avais une pneumonie, des zonas et la malaria et j'allais fréquemment à l'hôpital. Je ne pouvais même pas marcher.

“Je me souviens quand j'ai été diagnostiquée positive au VIH pour la première fois. Je me sentais si triste et solitaire. C'était difficile à accepter et, parfois, j'avais envie de mourir. J'ai contracté le VIH avec mon mari. Il avait eu des relations sexuelles avec quelqu'un d'autre. À cette époque, je n'avais pas le droit de parler de notre relation. J'ai été calme et respectée jusqu'à ce que j’aie eu mon diagnostic. Pendant les huit premières années, je me taisais à cause de la stigmatisation qui y était rattachée. Tandis que la réalité s’insinuais en moi, ma vie devenait sans valeur.

"Les choses ont pris un virage quand une dame est venue sur mon lieu de travail et a partagé son histoire. Après son discours, je lui ai écrit, lui demandant qu’on se rencontre. Elle m'a encouragée à accepter ce qui s'était passé. J'ai pu retrouver ma liberté, la liberté d'accepter mon statut et la peur de l'inconnu. Je voulais vivre positivement et ouvertement avec le VIH.

 
"Je suis maintenant ouverte sur mon statut. Je ne veux pas que quelqu'un meure à cause du déni. Le VIH est juste un statut. Je vis comme n'importe quelle personne normale. Je suis toujours avec mon mari et nous avons travaillé sur nos problèmes. Ensemble, nous avons six enfants que j'aime beaucoup. Si vous me rencontrez, je suis une femme forte et joviale.

"J'ai été guide dès mon plus jeune âge et, comme je me suis adaptée, j'ai trouvé une force renouvelée grâce à mes connaissances en guidisme. Le guidisme m'a appris la résilience et m'a rappelé que lorsque les temps sont durs, nous devons rester ensemble et nous occuper les unes des autres. Il en va de même pour une personne séropositive. Nous devons vivre une vie sans stress, pleine d'amour.


Malawi

Le guidisme m'a appris la résilience et m'a rappelé que lorsque les temps sont durs, nous devons rester ensemble et nous occuper les unes des autres.

Miriam Msiska Nyoni,

“Il est si important que j'utilise mes connaissances pour éduquer les filles et les jeunes femmes du Malawi sur le VIH. La prévalence du VIH au Malawi est l'une des plus élevées au monde, avec 10,6% de la population adulte (âgée de 15 à 64 ans) vivant avec (Ministère de la santé (2016)) . De plus, le VIH affecte de façon disproportionnée les femmes par rapport aux hommes au Malawi. J'ai commencé à travailler avec les Guides du Malawi en tant que bénévole sur leur projet ‘Know Your Score’, qui encourage et éduque les filles sur les raisons pour lesquelles elles doivent subir des tests.

 

“Le programme ‘Know Your Score’ offre aux filles un espace sûr pour partager leur histoire. Au Malawi, de nombreuses filles ont des rapports sexuels précoces en raison de la pauvreté et de la pression des pairs. Lorsque je participe à des séances, je leur raconte mon histoire et je souligne l'importance de l'éducation, de l'abstinence, du sexe protégé et de faire le test.

“Je veux voir les filles aller à l'école. Si elles vont à l'école, elles n'auront pas le temps pour les garçons et les ‘papas-gâteau’. L'éducation doit les autonomiser - après tout, si vous éduquez une fille, vous éduquez une nation. ”

#GreatGirlLeaders

Partager cette page