Journée mondiale des réfugiés : les jeunes construisent un monde meilleur et plus tolérant

Anita Tiessen

C’est aujourd’hui la Journée mondiale des réfugiés. Pour nous, un moment de réflexion poignante alors que le monde fait face à des déplacements de populations sans précédent à travers le monde depuis la Seconde Guerre mondiale.

Selon les Nations Unies, chaque minute 24 personnes laissent derrière elles tout ce qu’elles possèdent et quittent ceux qu’elles aiment pour échapper à la guerre, à la persécution et à la terreur. Même s’ils ne représentent qu’un tiers de la population mondiale, les estimations du rapport de l’agence HCR des Nations Unies montrent que plus de la moitié des réfugiés sont des enfants. En Ouganda, pays d’accueil de 900 000 personnes qui fuient le conflit du Soudan du Sud, on estime que plus de 85 % des réfugiés sont des femmes et des enfants. L’UNICEF a constaté que le nombre de jeunes voyageant seuls à travers l’Europe a multiplié par cinq depuis 2010.  

Il s’agit d’une crise humanitaire, qui non seulement s’aggrave, mais qui fait payer, de manière disproportionnée, un lourd tribut aux jeunes populations dans le monde.

Quant aux réfugiés qui arrivent dans un nouveau pays situé à plusieurs milliers de kilomètres de chez eux ou loin de leurs proches, le Guidisme peut souvent s’avérer la seule et unique source d’amitié et devenir un lieu familier au sein d’une nouvelle communauté.

Anita Tiessen

En tant que directrice générale de l’Association mondiale des Guides et des Éclaireuses (AMGE), un des plus importants mouvements de jeunesse dans le monde regroupant 10 millions de membres, je vois cette épouvantable et dramatique histoire sous deux aspects. 

Bien trop souvent, je constate que les conflits et les déplacements sont devenus une réalité quotidienne pour de nombreuses Guides et Éclaireuses. Par ailleurs, je suis également témoin de l’énergie, la compassion et l’espoir de nos jeunes qui me répètent sans cesse qu’ils veulent voir un monde meilleur, plus tolérant, et qu’ils veulent jouer un rôle dans cette réalisation.

En Syrie, dans la crainte constante de la guerre, des volontaires et responsables se dévouent inlassablement pour assurer le bon déroulement des activités de Guidisme avec la volonté d’aider les jeunes filles à retrouver une certaine moralité et leur assurer l’accès à des lieux sécurisés où elles peuvent jouer et nouer des liens d’amitié. 

Quant aux réfugiés qui arrivent dans un nouveau pays situé à plusieurs milliers de kilomètres de chez eux ou loin de leurs proches, le Guidisme peut souvent s’avérer la seule et unique source d’amitié et devenir un lieu familier au sein d’une nouvelle communauté.  

Children in the IDP camp - Nigeria AMGE

Dans les camps de réfugiés de Goré situés dans le sud du Tchad, le Guidisme est devenu essentiel et fait partie intégrante du quotidien des réfugiés venus d’Afrique centrafricaine, et dans les camps de personnes déplacées au nord du Nigéria, les Guides ont fourni des conseils et un soutien affectif aux filles et leur famille qui ont dû fuir leur foyer à cause de Boko Haram.

Nos programmes sur certains sujets tels que la violence basée sur le genre, le leadership et la confiance en son corps peuvent fournir des compétences essentielles, des outils et des occasions pertinentes aux jeunes populations, ainsi qu’une façon de se sentir en sécurité. 

Joyce Sambo, Guide du Nigéria, âgée de 21 ans, accompagnée de son groupe, a eu l’occasion de visiter des camps dans le but d’apporter son soutien aux jeunes et leur montrer comment se protéger. Elle incarne l’espoir et l’élan de compassion que montrent nos jeunes membres, me disant qu’elle veut soutenir ces jeunes et leur apporter un peu d’espoir et de lumière dans une situation autrement sombre. 

Même si cela peut paraître très éloigné de l’idée que les gens ont du Guidisme, nous avons une longue tradition de solidarité et d’amitié internationales.

Olympia in warehouse in Greece AMGE

En Grèce, où le Comité international de secours estime que quelque 62 000 réfugiés sont immobilisés en Grèce, Olympia Tsamasfyra a sensibilisé les Guides à la crise des réfugiés qui sévit en Grèce, appelant à une approche plus tolérante et humaine.

« Je ne veux pas que la société grecque voie les réfugiés comme une menace. Je veux que la population comprenne les difficultés et les souffrances que les réfugiés endurent, en particulier les filles. Je souhaite que nous, les guides, unissions nos efforts pour aider les réfugiés à avoir une vie plus décente ».

C’est pourquoi nous pensons à tous ceux qui vivent actuellement en tant que réfugiés, en particulier les jeunes, qui ont été arrachés à leur famille, beaucoup d’entre eux se retrouvant seuls et dans la crainte. Nous ne devons pas oublier non plus leurs messages de tolérance, d’espoir et de compassion. Donnons-nous l’espoir d’un avenir meilleur.  

Les Guides et Éclaireuses du monde entier contribuent à la construction d’un monde meilleur et plus tolérant. Pour marquer cette Journée mondiale des réfugiés, nos membres issus de tous les coins du monde posteront des messages sur les médias avec hashtag #OneMovement. Si vous voulez en savoir plus, consultez https://www.wagggs.org et suivez #OneMovement sur Twitter.

Partager cette page