Rencontrez les jeunes femmes qui apportent le guidisme en Éthiopie

L'Éthiopie est un des quelques pays dans le monde, dans lesquels le guidisme/scoutisme féminin n'existe pas à titre officiel ou ne dispose pas d'un organe de gouvernance. C'est pourquoi, au cours de l'année passée, nous avons travaillé avec quatre jeunes femmes éthiopiennes formidables qui ont accédé au titre de "championnes du guidisme" et qui travaillent d'arrache-pied pour développer le Mouvement dans ce pays d'Afrique de l'Est.

La semaine dernière, deux des championnes, Edda Zekarias et Loza Tsegaye, ont organisé et hébergé la toute première formation dans le pays sur la confiance en son corps, intitulée "Libre d'être Moi". Ce fut une semaine incroyable, pendant laquelle 20 volontaires se sont formées pour devenir des leaders du programme Libre d'être Moi et elles l'ont dispensé auprès de plus de trente filles et jeunes femmes dans l'école locale.

Vous en saurez plus sur la semaine dans les posts quotidiens du blog des participantes. Ici, Edda et Loza livrent à l'AMGE leurs récentes expériences.

Loza TsegayeLoza Tsegaye

Loza, de la capitale éthiopienne Addis-Abeba, fut notre toute première championne du guidisme féminin et elle a lancé le projet Guidisme féminin en Éthiopie.

Parlez-moi un peu de votre parcours, comment tout cela a-t-il démarré ?

Mon parcours a démarré il y a un peu plus d'un an au cours d'une conversation avec mon amie Nadine qui travaille pour une organisation partenaire de l'AMGE. Elle se demandait où elle pourrait trouver la bonne personne pour lancer le guidisme féminin en Éthiopie. Et je lui ai déclaré : "Je suis la bonne personne !". Elle m'a mise en relation avec Alphonsine Kabagabo, qui est la Directrice de la Région Afrique de l'AMGE, et nous avons mené d'intenses conversations pendant presque une année. Par exemple, nous avons examiné la législation en Éthiopie, nous avons recherché les bonnes administrations, et généralement nous nous sommes intéressées à tout ce qui pouvait faire prospérer le Mouvement. Après une année, Alphonsine est venue en Éthiopie et nous avons commencé à trouver différentes parties prenantes en mesure de soutenir notre idée, à savoir des organisations gouvernementales et non-gouvernementales et des mouvements comme Yellow Movement. À l'issue de notre rencontre, nous avons lancé l'équipe projet du guidisme éthiopien qui rapproche différents mouvements.

Comment le programme Libre d'être Moi a-t-il démarré ici ?

Lorsque nous avons élaboré nos plans, nous voulions choisir le bon kit d'outils AMGE pour aller à la rencontre des filles. Nous voulions que le programme traite de sujets clés et sensibles. C'est pourquoi nous avons décidé de démarrer avec Libre d'être Moi, qui draine une image très positive. Nous avons recruté 20 jeunes femmes volontaires pour participer au programme de formation de formatrices Libre d'être Moi sur quatre jours. Ce fut pour moi la formation la plus intense et la plus inspirante que j'ai jamais suivie et le retour d'informations des participantes a été fantastique ! Notre mission est de sensibiliser 50 filles en six mois. Or, aujourd'hui, nous avons pu en sensibiliser 34 dans une école locale. La moitié du chemin a déjà été parcourue. J'espère que nous pourrons ainsi aller à la rencontre d'un grand nombre de filles et que le mouvement s'étendra dans tout le pays.

Comment êtes-vous entrée en contact avec l'école dans laquelle nous sommes allées aujourd'hui ?

Une des volontaires a pris l'initiative de rencontrer la coordinatrice de l'école. L'école propose des activités extra-scolaires dans le cadre d'un club et ce sont des filles entre 14 et 17 ans participant activement au club, qui ont été retenues. C'est vraiment formidable de trouver une école qui apporte ainsi son appui et son aide, surtout dans un délai très court.

 Parlez-moi de leurs vies et de la manière dont le programme Libre d'être Moi peut les aider ?

La plupart des participantes fréquentent des écoles publiques, et la plupart des élèves des écoles publiques sont issues de familles à faibles revenus. Libre d'être Moi invite à trouver son propre talent et son propre potentiel. Donc, nous espérons que le programme les aidera tout au long de leur vie.

Que va-t-il se passer maintenant, quelles sont vos prochaines étapes ?

La semaine prochaine nous poursuivrons la formation à l'école et nous essaierons d'atteindre des écoles privées. La semaine prochaine, nous sensibiliserons 30 élèves supplémentaires. Nous les formerons à devenir des leaders Libre d'être Moi et elles formeront leurs pairs.

Vous portez un foulard AMGE et un badge mondial. Pouvez-vous nous dire ce qui s'est déroulé aujourd'hui ?

Aujourd'hui, j'ai prononcé ma promesse guide. Ce fut une expérience si exaltante d'être choisie comme championne de l'AMGE et je me sens tellement privilégiée d'avoir votre reconnaissance ! Cela m'a vraiment motivée pour travailler d'arrache-pied au développement du Mouvement en Éthiopie.

Edda ZekariasEdda Zekarias

Edda, aussi d'Addis-Abeba, travaille pour le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) et elle est devenue championne du guidisme au travers de son travail bénévole auprès des étudiantes de l'université.

Dites-nous comment vous êtes devenue une championne du guidisme ?

Mon parcours a commencé l'année dernière, lorsque j'ai été approchée par une jeune femme qui m'avait aidée dans mon programme bénévole à l'université. Elle m'a expliqué que la responsable du développement des effectifs de l'AMGE, Griet Onsea, ainsi que la directrice régionale Afrique, Alphonsine Kabagabo, venaient à Addis et que nous devrions les rencontrer parce qu'elles étaient intéressées de travailler avec des filles.

Ayant grandi au Kenya, j'ai eu l'occasion de pratiquer un peu le guidisme féminin. Et là, le déclic s'est produit et j'ai pensé : "C'est super ! Et ce sera aussi l'occasion pour moi d'aller à la rencontre de plus de filles !". C'est pourquoi j'ai saisi cette opportunité et depuis le mois de septembre, nous travaillons d'arrache-pied pour bâtir des propositions et développer le Mouvement dans ce pays.

Depuis que nous avons démarré ce parcours, nous nous sommes impliquées à toutes les étapes du chemin et lorsque nous nous sommes rendues à Nairobi au Kenya pour une visite exploratoire en février, beaucoup de filles ont exprimé qu'elles avaient du mal à imaginer qu'il n'existait pas d'association de guides en Éthiopie.

Et qu'en est-il cette semaine ? Quelles étaient vos attentes de la formation Libre d'être Moi ?

Toutes mes attentes ont été dépassées, étant donné que Libre d'être Moi est une manière complètement nouvelle de dispenser du contenu, en particulier pour les participantes. J'ai observé comment elles apprenaient et l'approche qui consiste à apprendre en faisant, était complètement nouvelle pour elles et elles ont passé un bon moment. Les facilitatrices étaient vraiment formidables et je sais que les participantes parleront pendant longtemps de cette expérience, car on ne peut l'oublier et elle vous donne envie de continuer à explorer.

Les bénévoles étaient formidables aujourd'hui, tandis qu'elles dispensaient une formation à 34 filles. Pouvez-nous nous en dire un peu plus sur elles ?

Ce sont des personnes qui pour certaines, continuent d'étudier, et pour d'autres, travaillent. De nombreuses jeunes femmes qui ont terminé leurs études à l'université, travaillent déjà sur les questions d'égalité homme-femme, mais la plupart d'entre elles sont des étudiantes à l'université qui sont membres d'organisations féminines, notamment le Yellow Movement, qui cible la violence sexiste à l'université.

Quelles sont vos pensées finales sur votre expérience de cette semaine ?

Il y a avait tant d'enthousiasme au cours de la formation ! En allant de l'avant, je pense que nous allons créer un Mouvement très solide. Impliquer ces jeunes femmes dans la planification, leur procure aussi un sentiment d'appropriation, qui nous emmènera très loin. Maintenant que nous sommes toutes sur le même chemin et que nous créons notre propre vision de ce que nous voulons, je pense que nous sommes prêtes…

Contribuez à apporter le guidisme dans de nouveaux pays

Chaque penny, paise et cent fait une vraie différence. Faites un don à l'AMGE maintenant et aidez-nous à apporter le guidisme dans de nouveaux pays !

Donnez maintenant !
Partager cette page