Comment les Guides apportent de l’espoir aux filles vivant dans la campagne rwandaise.

-

Divine, 12 ans, vit dans une communauté rurale de l’Est du Rwanda, où la violence, les grossesses précoces et les « papas gâteaux » sont fréquents. Nombreuses sont ses amies qui ont abandonné l’école. Cependant, depuis que les Guides se sont implantées dans sa communauté, de plus en plus de filles en apprennent davantage sur leurs droits et enseignent les autres sur l’importance de l’éducation…

Photos d’Hervé Irankunda / AMGE


1 Divine standing alone -

« Dans ma communauté, les filles quittent l’école pour de nombreuses raisons » raconte Divine, 12 ans. « Les familles sont pauvres et ne peuvent pas se permettre d’acheter les fournitures scolaires. Certains enfants ont perdu leurs parents à cause du virus VIH, alors ils doivent aller vivre avec des personnes qui les font travailler si durement qu’ils doivent abandonner l’école. L’école est tellement importante – c’est triste lorsque les enfants doivent la manquer ». 


2 Circle of girls doing activity -

Lorsque les enfants peuvent aller à l’école, les questions telles que la santé sexuelle et les droits en matière de procréation ne sont pas abordées dans le programme scolaire au Rwanda, ce qui fait courir le risque aux filles d’être victimes de grossesses précoces et de violence.

L’Association des Guides du Rwanda organise un programme appelé 12+, qui éduque les filles sur la santé sexuelle et les droits en matière de procréation. « À l’école, les sessions sur la santé sexuelle ne sont pas assez approfondies et nous n’apprenons rien sur la manière de répondre à la violence ou sur les « papas gâteaux ». Nous ne pouvons pas parler ouvertement de ces sujets car les garçons sont présents, mais les Guides m’ont offert un environnement sûr pour aborder ces problèmes ». 


3 Karine hand up -

« Au travers de discussions franches, les Guides mentors m’ont appris quoi faire si je me sens menacée de violence. Je n’ai pas peur de m’exprimer et de poser des questions – et les autres filles non plus », dit Divine. « Je sais maintenant à qui m’adresser pour demander de l’aide et j’ai appris que je n’ai pas à rester silencieuse. J’ai aussi découvert ce qui va m’arriver lorsque j’atteindrai l’âge de la puberté et comment je peux prendre soin de moi ».


082017 Rwanda - group hug -

Au Rwanda, les Guides soutiennent les filles de tous âges, d’où qu’elles viennent. Des projets sont organisés dans des environnements sûrs, offrant ainsi aux filles aux origines les plus marginalisées l’opportunité d’y prendre part.

« Le point positif du Guidisme est que je peux rencontrer d’autres filles de ma communauté et nous pouvons devenir amies, et par la suite nous pouvons partager nos idées », continue Divine.

 

Ildephonse, 33, Rwanda -

Illdephonse, 33 ans, est le responsable local de la communauté et a été témoin des changements qui se sont opérés chez les filles ici. « Avant le début du Guidisme, les filles abandonnaient souvent l’école. Les parents pensaient qu’elles devaient rester à la maison, s’occuper des tâches ménagères et élever leurs frères et sœurs, alors que les garçons pouvaient bénéficier d’une éducation. Depuis que les Guides ont commencé leurs rassemblements, elles ont appris à connaître leurs droits et l’importance de l’éducation. Lorsqu’elles rentrent à la maison, elles expliquent à leurs parents pour quelles raisons elles méritent d’aller à l’école. De nombreuses filles sont maintenant retournées à l’école. Je suis heureux que les Guides travaillent au cœur de cette communauté et j’espère qu’elles vont continuer ».


Divine holding rabbit -

En plus de s’être instruite sur la santé sexuelle et sur les droits reproductifs, Divine a reçu une éducation financière, et la jeune entrepreneuse en herbe a même monté sa propre affaire. « J’ai appris à économiser mon argent de poche, ce qui m’a beaucoup plu. Lorsque j’économise suffisamment d’argent, j’achète un lapin ou une poule. J’achète des petits lapins à bas prix, je les élève, et quand ils grandissent, je les reprends au marché où je les revends à un prix plus élevé ».

 

Divine and family -

« Avec l’argent que je gagne, je peux acheter des fournitures scolaires, ou bien aider ma famille. J’ai même économisé suffisamment d’argent pour pouvoir acheter un canapé à mes parents. Je ne serais pas la même personne sans les Guides. J’ai appris tellement de choses grâce à ce groupe. Mes parents sont heureux de constater de quelle manière le Guidisme a eu un impact positif sur moi. Quand mes amies viennent à la maison, elles se sentent inspirées et veulent faire la même chose ». 


Divine making a bowl -

La mère de Divine est heureuse de constater les effets bénéfiques du Guidisme sur sa fille.

 

« Le Guidisme lui a permis de développer de nombreuses compétences, comme la couture, le travail artisanal, ainsi que la manière d’économiser de l’argent. Avant que Divine ne devienne une Guide, elle souriait rarement. Les études ne l’intéressaient pas, ni aller à l’école. Maintenant, elle sourit, elle parle et elle obtient de bonnes notes en classe. En tant que mère, cela a été formidable d’être témoin de cette transformation. Divine veut devenir une responsable Guide et je n’ai aucun doute qu’elle va y parvenir. Je suis tellement fière d’elle. Elle voit comment ses mentors sont intelligentes, et elle veut juste leur ressembler ».


Divine and her family -

Le père de Divine est aussi fier d’elle. « Depuis qu’elle est Guide, Divine est devenue responsable et elle prend des initiatives. Elle veut rendre la maison plus agréable et elle va mettre des posters aux murs pour l’égayer. Elle est une fille judicieuse, belle et intelligente, et je suis très fier d’elle ».


082017 Rwanda Divine -

En ce qui concerne Divine, elle est heureuse de pouvoir aller à l’école – ainsi que de pouvoir s’offrir les fournitures scolaires. « Pour moi, l’éducation est symbolisée par un cahier. Lorsque je vois un cahier, je pense toujours que je dois aller à l’école ! Aller à l’école me rend très heureuse. Je sais maintenant que lorsque je vais terminer mes études, je serai en mesure de trouver un bon emploi ».

Pour marquer la Journée Internationale des Filles, l’Association Mondiale des Guides et des Éclaireuses réclame 12 ans d’éducation gratuite, sûre et de qualité pour toutes les filles du monde entier.


FIN



À propos de l’Association Mondiale des Guides et des Éclaireuses :

L’Association Mondiale des Guides et des Éclaireuses (AMGE) est le seul mouvement mondial destiné à toutes les filles, car nous avons la conviction que chacune d’entre elles mérite de pouvoir exceller. Ce mouvement diversifié représente dix millions de filles et de jeunes femmes de 150 pays. Libres de tirer profit du Mouvement comme elles l’entendent, les filles apprennent par la pratique, en se faisant de nouvelles amies et en se divertissant. Au cœur d’un environnement sûr et local, les filles développent les compétences et les attitudes nécessaires pour évoluer, ainsi que pour changer leurs communautés et notre monde. L’AMGE maintient le Mouvement mondial florissant, uni et en pleine croissance. www.wagggs.org

Partager cette page