Les Éclaireuses de Tunisie luttent pour l'égalité

Lors de la Journée internationale de la jeunesse, les guides et les éclaireuses partagent leurs expériences de ce que grandir signifie en Tunisie et révèlent pourquoi elles s'engagent à combattre la violence, le sexisme et l'extrémisme ...

La violence à l'égard des femmes et des filles reste un problème en Tunisie. En 2016, le ministère de la Femme, de la Famille et de l'Enfance a signalé que 60% des femmes tunisiennes avaient été victimes de violence domestique, alors que 50% déclaraient avoir subi une agression dans une zone publique au moins une fois dans leur vie. Maintenant, alors que le Parlement tunisien adopte une mesure interdisant la violence à l'égard des femmes, les filles se font entendre et s'expriment courageusement face à la violence.

Abrarah, Tunisia
Être éclaireuse me permet de me sentir libre de faire ce que je veux” - Abrarah, 16 ans

Quand je marche dans la rue, les hommes me regardent fixement. Cela arrive à toutes les filles en Tunisie. Ils regardent mon corps et font des commentaires sur mon foulard. Ils disent des choses telles que : ‘Elle est encore jeune, pourquoi porte-t-elle un foulard ?’

J'aime porter mon foulard. Les femmes de ma famille le portent, alors j'aime aussi le porter. Bien que ce ne soit pas toujours facile, si les gens me demandent de changer, je leur dis : "C'est ma vie, je suis libre. Je devrais pouvoir faire ce que je veux. "

Faire partie d'un groupe scout m’a aidée. Quand j‘y suis allée pour la première fois, j'étais la seule à porter un foulard dans le groupe, mais maintenant beaucoup de filles en porte un, alors je me sens heureuse ! Tout le monde m'a encouragée à porter ce que je veux. Personne ne me dérange. Je suis libre de faire ce que je veux.


Fatma, Tunisia
Les femmes ne sont pas appréciées pour leur intelligence” - Fatma, 28 ans

En Tunisie, les droits des filles sont ignorés dès leur plus jeune âge. Elles sont soumises quotidiennement à la violence verbale et à la violence sexuelle. Elles sont considérées comme inférieures aux garçons et aux hommes. Les femmes ne sont pas appréciées pour leur intelligence, elles sont appréciées pour leur corps ou leur apparence.

Si les filles subissent un harcèlement sexuel, nous les encourageons à parler et à signaler tout problème. Les filles ne sont pas responsables et nous devons changer cette culture.

Le guidisme et scoutisme féminin m’a beaucoup appris. Je pense que j'ai beaucoup à offrir et quand je réalise des activités avec mon groupe de jeannettes, j'ai vraiment l'impression d'aider à créer une génération de futurs leaders.


Daous
Le scoutisme m'a beaucoup aidée” - Daous, 17 ans

Les filles traversent une période difficile en Tunisie - elles sont confrontées à la violence, en particulier à la violence verbale. Beaucoup de filles font face à des abus si elles portent un foulard dans la rue. Elles subissent des moqueries.

Je suis devenue éclaireuse il y a quatre ans, après que mes amies m'aient encouragée à les rejoindre. J'étais très timide avant, mais mes amies m’ont dit que cela me permettrait de me sentir plus à l'aise et confiante - et c’est ce qui s’est passé !


Nadene
Les garçons et les filles doivent être éduqués dès leur plus jeune âge” - Nadene, 19 ans

Après la révolution, il y a eu une énorme augmentation de la violence. Les gens ne semblaient pas comprendre la différence entre les deux.

Les Scouts Tunisiens s'efforcent de faire en sorte que les filles et les garçons de tous les âges soient éduqués sur cette question grâce à une gamme d'activités créatives. Nous partageons des messages, nous peignons des images et nous participons à des jeux de rôles, cela aide les enfants à apprendre la paix et la tolérance et comment accepter des gens de tous horizons.

 Être une éclaireuse signifie beaucoup pour moi. Je suis éclaireuse depuis mes six ans. Cela m'a donné confiance et m'a appris comment être un leader dans la vie. 


Amal, Tunisia
Les droits des filles sont importants” - Amal, 20 ans

Les filles sont compétentes ; Les filles sont les meilleures ! Pourtant, nous sommes confrontées à tant de problèmes en Tunisie. En tant que fille, vous ne pouvez pas marcher dans la rue en short sans attirer des commentaires. Vous êtes constamment en position de vous sentir inférieure. Dans les zones rurales, les filles ne vont même pas à l'école.

Dans ma communauté, j'encourage les parents à envoyer leurs enfants aux activités dirigées par Les Scouts Tunisiens, pour qu’ainsi, ils aient l'occasion d'apprendre. Je veux que les filles réalisent leur valeur, alors je leur apprends comment aborder des sujets tels que l'inégalité entre les sexes et la violence sexiste.

L'exercice de notre droit de vote est également important. En tant que leader des éclaireuses, je veux m'assurer que les gens utilisent leur vote. Les gens pensent que cela importe peu qu'ils votent ou non. Le résultat sera le même. Mais ce n'est pas le cas. Par le biais du scoutisme, les jeunes commencent à avoir des conversations. Ils peuvent voir l'importance de faire un changement. Je suis heureuse de voir beaucoup d'entre eux voter maintenant. Si nous restons indifférents, nous ne progresserons pas.


Hanine

Le racisme n'est pas quelque chose dont nous parlons en Tunisie, mais il existe” - Hanine, 23 ans

Mon apparence est différente des autres en Tunisie. J'ai des cheveux bouclés et ma peau est plus sombre. Quand j'étais plus jeune, j'étais soumise à de nombreuses remarques racistes. Les gens ont estimé qu'ils avaient la permission de m'insulter. S'ils me voyaient passer, ils m'interpelaient sur ma couleur en disant : "Hé la fille noire, je peux te demander quelque chose ?" C'était dur. J’avais la sensation que je devais m'habituer à ça.

Le racisme n'est pas quelque chose dont nous parlons en Tunisie, mais il existe. Ma famille est un énorme pilier de force, en particulier ma mère. Elle a toujours été là ; elle est mon amie. Elle m'a expliqué que peu importe ce que les gens disent. Je ne peux pas changer mes cheveux, ma couleur, moi-même.

Être leader des éclaireuses en Tunisie m’a aidée. J'ai beaucoup appris grâce aux projets de l'Association mondiale des Guides et des Eclaireuses, Stop à la violence, Libre d’être moi et Futurs leaders du monde.

Lorsque vous faites quelque chose qui vous passionne, vous oubliez tout le reste. Être une éclaireuse m'inspire - et c'est la chose la plus importante concernant ce mouvement. Pour être inspirée par d'autres leaders et voir les projets qu'ils réalisent. C'est incroyable de voir comment je peux inspirer les filles de mon groupe et j'espère qu'elles auront envie d’en inspirer d’autres dans le futur. Je suis tellement fière d'être une éclaireuse.


Khawla

Il n’appartient pas à d'autres personnes de décrire mon corps” - Khawla (à droite), 16 ans

J'avais l'impression que je n'avais aucune estime de moi ; Il me semblait qu'une partie de moi manquait. Cependant, Libre d’être moi, un programme de l'Association Mondiale des Guides et des Eclaireuses, m'a aidée à apprendre beaucoup sur moi-même. Maintenant, je suis convaincue d'être moi et cela m'a donné tellement d'énergie.

Quand je me passionne pour quelque chose, je parle. J'ai appris à communiquer et à parler aux gens, mais surtout j'ai appris à aimer les gens pour qui ils sont.

En Tunisie, les filles sont obligées de se sentir inférieures à que ce qu'elles valent. Nous sommes considérées comme des objets. La violence et le harcèlement sexuel sont répandus - ils existent chaque jour dans la rue. Si je porte une jupe courte, les gens me regardent.

Je trouve la force grâce à mon groupe d’éclaireuses - et c'est la chose la plus importante. Les leaders, comme Hanine, sont comme une seconde famille. L'image que représentent les éclaireuses est celle du respect, de la croyance et de la responsabilité. C'est une image incroyable et je veux pouvoir partager l'énergie que je reçois en étant qu’éclaireuse avec d'autres.


Nouha

Être une éclaireuse m'a aidée à surmonter ma timidité” - Nouha, 15

Les filles sont confrontées au sexisme quotidiennement. Nous ne sommes pas autorisées à participer aux sports et beaucoup pensent que le scoutisme n'est pas approprié pour les filles. Ils croient que les filles ne sont pas autorisées à camper avec des gens qu'elles ne connaissent pas. Je me moque de ce que les gens disent, je fais ce que je veux. Mon père est un chef scout ici et il m'encourage à faire du camping et à faire ce que je veux.

En tant qu’éclaireuses, nous travaillons dur pour que les filles et les garçons soient éduqués sur des questions telles que l'extrémisme et comment mettre fin à la violence à l’égard des filles et des femmes.

Être éclaireuse m'a aidée à surmonter ma timidité. Je peux maintenant parler à des étrangers. Je veux vraiment voir plus de filles rejoindre Les Scouts Tunisiens. Beaucoup de filles en Tunisie sont exclues des activités sociales et ne font rien d'autre que d'aller à l'école et rentrer à la maison. Être une éclaireuse offre tant d'opportunités. Vous vous faites des amis, vous faites des choses ensemble et vous aidez les autres personnes – cela me permet de me sentir bien avec moi-même.


Khouloud

Nous ne pouvons pas rester indifférentes” - Khouloud, 24

Dans le sud de la Tunisie, de nombreuses filles ne peuvent pas aller à l'école car elles vivent trop loin et elles ne peuvent pas accéder aux transports. Dans de nombreuses communautés, il existe un risque de viol à cause d’un manque de sécurité. En tant qu’éclaireuses, notre responsabilité est de s'attaquer à ces problèmes. Nous visitons les familles et les encourageons à envoyer leurs filles à l'école car elles méritent une éducation. Nous ne pouvons pas rester indifférentes, nous devons avancer.


Safa

Nous sommes tous les mêmes, peu importe d'où nous venons” - Safa (à gauche), 21

En Tunisie, les gens ont du mal à en accepter d'autres. En tant que leader chez les éclaireuses, je veux enseigner aux enfants que nous sommes tous les mêmes, peu importe notre couleur, notre croyance ou notre religion.

Je dirige des cours d'art et de projets créatifs pour promouvoir la paix. Par exemple, je travaille avec des éclaireuses et des scouts qui n’ont pas plus de cinq ans en leur montrant comment créer deux mains en argile - une noire et une blanche - pour signifier la paix.


LES SCOUTS TUNISIENS est actuellement le plus grand organisme de jeunesse mixte en Tunisie. Il y a plus de 30 000 guides et scouts en Tunisie, qui se concentrent sur des activités telles que la lutte contre l'extrémisme, la lutte contre les abus de drogues, la sensibilisation aux violences sexistes, le soutien aux réfugiés et la promotion de l'importance de la confiance en son corps.

Partager cette page