Encourager les filles à donner le meilleur d’elles-mêmes : Pourquoi les questions de bien-être mental sont importantes

Anita Tiessen, Directrice générale de l’Association mondiale des Guides et des Eclaireuses

GGGS_Experience_Oman_Forum_2015

Imaginons un monde où toutes les filles sont et ont le sentiment d’être valorisées. Un monde où les filles ont la confiance nécessaire pour apprendre, diriger et s’épanouir. Un monde où elles ont la possibilité d’aller à l’école et de s’exprimer en classe tout en sachant que ce qu’elles disent compte. Imaginons un monde où les filles ne ressentent pas le besoin d’avoir une certaine apparence pour réussir, où elles ne sont pas rabaissées ou encore réduites à un corps et à leur image corporelle.

A l’Association mondiale des Guides et des Eclaireuses, nous visons à fournir un espace où les filles peuvent donner le meilleur d’elles-mêmes et réaliser leur plein potentiel. Dans des lieux situés près de chez elles – sans risque d’être jugées, loin des stéréotypes et de la violence – elles peuvent apprendre en faisant, elles peuvent nouer des liens d’amitié et s’amuser.

C’est un concept qui fonctionne depuis plus de 100 ans et des recherches publiées aujourd’hui démontrent pourquoi le Mouvement des guides et des éclaireuses est plus important que jamais.

D’après des recherches menées par des scientifiques des universités d’Edimbourg et de Glasgow, les personnes qui ont été scouts ou guides pendant leur jeunesse tendent à avoir une meilleure santé mentale plus tard dans la vie.

Les conclusions ont été tirées de l’Etude nationale sur le développement de l’enfant, une étude menée en continu auprès de presque 10 000 personnes au Royaume-Uni, nées en novembre 1958.

Selon les recherches, environ un quart des participants avaient été membre du Mouvement des Scouts ou des Guides. Les personnes qui faisaient partie du Mouvement avaient environ 15% moins de chances de souffrir d’anxiété ou de troubles de l’humeur plus tard vers l’âge de 50 ans.

Grandir aujourd’hui est différent pour une fille comparé à ce qu’il en était il y a plus de 50 ans. Les filles sont soumises à de nombreuses pressions, en partie à cause de l’essor des médias sociaux, de la cyberintimidation, de la violence et du désir d’atteindre l’apparence idéale. Toutefois, nous nous adaptons aux changements afin que les guides et les éclaireuses d’aujourd’hui puissent aussi mieux s’épanouir plus tard au cours de leur vie.

Dans nos 146 pays, nous nous employons à développer des programmes mondiaux qui favorisent la confiance et renforcent les compétences des filles et des jeunes femmes. Elles représentent les leaders d’aujourd’hui et, dans un monde qui évolue rapidement, nous voulons leur donner les moyens pour vivre la vie qu’elles veulent mener. Nous voulons qu’elles dirigent aussi à leur façon, que cela soit dans leur foyer, à l’école, sur le lieu de travail ou, peut-être, un jour pour occuper le rôle de première présidente des Etats-Unis d’Amérique.  

L’étude a conclu également que l’autonomie, associée au travail en équipe et aux activités de plein air, aide et profite aux filles plus tard dans leur vie.

A l’AMGE, ces trois attributs sont ceux en lesquels nous croyons et que nous cherchons à communiquer auprès des guides et éclaireuses là où elles se trouvent, en Afrique, dans la Région arabe, la Région Asie Pacifique, en Europe ou dans la Région de l’Hémisphère occidental.

 

Notre approche d’éducation non formelle — qui s’appuie sur l’apprentissage expérientiel et pratique — permet de rendre les sujets complexes accessibles et conviviaux pour les jeunes. En encourageant les filles à travailler en petits groupes et à utiliser différents styles d’apprentissage et des activités telles que jeux de rôle, sketches et autres jeux, les filles et les jeunes femmes peuvent prendre leur vie en main et développer des compétences et leur leadership. Le travail en petits groupes crée un sentiment  d’appartenance, fournissant un espace où les jeunes peuvent écouter, discuter de ce qui est important et mieux se soutenir mutuellement.   

 

Les sujets que nous traitons dans ces groupes sont plus pertinents que jamais pour les filles et les jeunes femmes du monde entier. En collaboration avec Dove, nous avons conçu le programme Libre d’être Moi , qui encourage les filles à se sentir libres d’être elles-mêmes et à s’affranchir du mythe de l’image autour du corps. Des études ont montré que la participation à des activités comme celles du programme Libre d’être Moi a un effet durable sur le bien-être des filles.

Free being me mexico

Girlguiding UK encourage ses membres à s’exprimer ouvertement sur le bien-être mental par le biais de son programme Think Resilient. La résilience aide les filles à faire face quand elles confrontées à des situations stressantes de la vie quotidienne – que cela soit au sein de leurs établissements scolaires, dans leurs familles ou leurs groupes d’amitié – pour qu’elles puissent s’amuser, saisir de nouvelles occasions et jouir d’un bien-être mental.


It est clair que le Guidisme/Scoutisme féminin renforce la confiance en soi de chacune quel que soit l’endroit où vivent les filles. Le Mouvement aide les filles à surmonter l’adversité pour s’assurer qu’elles ont la possibilité de devenir des femmes fortes et confiantes ainsi qu’elles le méritent.   

Je me souviens de l’histoire de Pascaline, 29 ans, qui vit au in Rwanda. Elle avait vécu le génocide qui avait déchiré sa famille. Son père, deux de ses frères et d’autres membres de sa famille avaient été tués. Grâce au soutien de sa mère, ainsi que celui de son groupe de guides, elle est devenue une jeune femme forte qui se sert de son expérience pour aider d’autres.

 

“Le Guidisme féminin m’a appris énormément sur la vie” dit-elle. “Il m’a permis de m’adapter à de nouveaux environnements, il a ouvert des portes pour favoriser mon développement personnel, et plus important encore, il m’a encouragée à croire en moi en tant que citoyenne du monde. Je ne serai pas là où j’en suis aujourd’hui si je n’avais pas été une guide. J’ai acquis des connaissances, de la confiance et des compétences que l’école n’a jamais fournies, et en plus, j’ai forgé des amitiés pour la vie entière.”


Lire le blog d’Anita Tiessen 

Partager cette page