Action 9 - Dans votre communauté, Eveillez les consciences pour arreter la violence à l'encontre des filles et des femmes.

Thammy, 36 ans, et Azizah, 49 ans, habitent toutes les deux à Kuala Lumpur. Depuis 2014, elles travaillent ensemble pour piloter la campagne Stop à la Violence et dispenser le programme Voix contre la Violence pour l'Association des Guides de Malaisie. Elles sensibilisent dans leurs communautés afin que les filles, les leaders et les personnes en dehors du Mouvement puissent collaborer à l'éradication de la violence à l'encontre des femmes et des filles. Nous leur avons demandé comment elles ont travaillé avec différents groupes pour faire que le changement se concrétise.

1. Comment impliquez-vous les enseignants en Malaisie ?

Azizah : En Malaisie, bien que les faits soient peu rapportés, il existe de nombreux cas de violences dans les relations qui sont commises dans les écoles. En tant qu'enseignante, je sais que ce phénomène affecte les filles dès l'âge de 12 ans. Je pense qu'il est de notre devoir de montrer l'exemple par rapport aux jeunes et de leur faire connaître leurs droits. Le thème sur lequel nous nous concentrons est celui de la violence dans les relations. Cela surprend les enseignants que les guides parlent de ces sujets. Ils veulent en savoir plus.

Thammy : Nous tenons des réunions de guidisme régulières dans les écoles, mais nous organisons aussi des interventions pour sensibiliser lors d'événements et de formations dans les écoles à grande échelle. Nous présentons le programme aux enseignants pour les faire adhérer. Ils nous disent que Voix contre la Violence est un programme formidable et que nous devrions le présenter aux filles à un âge encore plus jeune. De nombreux enseignants et filles nous disent que chaque école devrait mette en œuvre le programme.

2. Comment les filles peuvent-elles éveiller les consciences sur ces problématiques au sein de leurs communautés ?

Thammy : Tandis que nous ne menons le programme qu'auprès des filles, les sessions intitulées "lancer un cri et agir" aident les filles à sensibiliser les garçons et les enseignants également. Les filles créent des affiches qu'elles apposent dans leurs écoles, ce qui nous aide à atteindre plus de personnes. Nous ne pouvons pas mettre un terme à la violence toutes seules, il est donc vraiment important que les filles puissent partager ces messages avec les hommes et les garçons.

Thammy : Lorsque les filles font part de leurs travaux dans les écoles auprès de leurs communautés, leurs parents sont aussi concernés. La campagne et le programme sont ainsi portés vers des membres non guides. Tout en faisant grandir les consciences par rapport à la violence dans les relations vis-à-vis des communautés de filles, nous faisons aussi grandir l'image du guidisme. 

2016 _ Malaysia _ girls holding poster speaking 16 days blog AMGE

3. Comment avez-vous invité le public à s'impliquer ? 

Azizah : En 2015, nous avons fait une tournée de présentation Stop à la Violence dans le cadre des célébrations de la Journée mondiale de la Pensée à l'échelle nationale dans notre organisation. Nous sommes allées à la rencontre d'un millier de filles et de leaders, mais nous nous sommes aussi adressées à un public plus large.

Thammy : Nous avons mené un sondage auprès de filles et de personnes dans le public. Nous leur avons demandé quels étaient les types de violences dont elles avaient conscience, ce qu'elles pouvaient faire pour prévenir la violence etc. La réponse a été impressionnante ! Nous avons vraiment éveillé les consciences à notre Mouvement. La plupart des personnes en Malaisie ont typiquement dans l'idée que le guidisme se résume à du camping, la fabrication de gadgets et la marche. La tournée de présentation a apporté au public une perspective nouvelle sur le guidisme. Les personnes présentes étaient surprises de nous voir aborder ce sujet ! 

4. Avec quels autres groupes travaillez-vous ? 

Azizah : L'année prochaine, j'espère approcher les forces de police, afin que nous puissions mettre en œuvre conjointement les tournées de présentation. Nous avons déjà pris des contacts avec des responsables et ils sont d'accord pour nous aider. Ils nous ont même suggéré des pistes quant à la marche à suivre.

Thammy : Je veux accomplir plus de travaux en commun avec d'autres ONG. Nous voulons approcher des ONG qui travaillent sur des problématiques féminines et monter des programmes en commun pour marquer les différentes journées internationales. Collaborer avec d'autres organisations nous aidera à aller à la rencontre de plus de personnes, en particulier des membres non guides. Je veux partager ce message avec plus d'Om dans la Région. Nous rapprocher des ONG peut être une bonne façon d'avoir accès à des fonds pour s'impliquer dans la campagne Stop à la Violence. 

2016 _ Malaysia _ girls play washing line game 16 days blog AMGE

5. Comment les médias sociaux vous ont-ils aidé à atteindre différentes communautés ? 

Thammy : Un de nos principaux objectifs est de doter des jeunes femmes de moyens d'action. Si nous montrons l'exemple, alors d'autres femmes pourront suivre, pas seulement dans notre pays, mais grâce aux médias sociaux, nous pouvons inspirer des femmes dans d'autres pays également. En partageant notre travail, nous pouvons devenir des ambassadrices positives pour l'AMGE et pour le programme.

Azizah : Par le biais des médias sociaux, d'autres Organisations membres prennent contact avec nous pour nous interroger sur notre travail et notre programmation à venir.

Thammy : C'est ce qui m'a amenée à mener des formations à un niveau international. On m'a récemment demandé de former des leaders auprès des Éclaireuses de Taïwan. La réponse a été très positive. J'ai vu que l'impact que nous avons ne s'exerce pas seulement sur ma communauté, mais aussi sur les filles que je rencontre, voire d'autres organisations et également sur moi-même… Désormais, lorsqu'on me voit, on sait que je m'occupe de Stop à la Violence. Je suis vraiment heureuse que l'on sache que l'on peut venir vers moi pour en savoir davantage sur le programme.

6. Quels sont les projets pour la campagne et le programme. Que voulez-vous réaliser ? 

Azizah : Nous avons la volonté d'aller à la rencontre de plus de filles. Notre plan d'action vise à atteindre 16.000 filles. Nous allons poursuivre nos actions pour atteindre cet objectif. Auparavant, j'étais une personne plutôt réservée. Désormais, j'ai confiance en moi.                                                                 

Thammy : Nous nous assurons d'être entendues par les autres. Pas seulement à l'échelle du district dans le pays, mais dans le monde ! Nous mettons vraiment tout en œuvre pour que le monde nous entende. Que voulons-nous réaliser ? Je veux contribuer à éliminer les stéréotypes dans la société et aussi à stopper la violence à l'encontre des filles et des jeunes femmes. Je pense vraiment que nous pouvons y parvenir si nous continuons sur cet élan ! 

Partager cette page