Travailler avec les hommes et les garçons pour prévenir la violence à l’égard des filles et des femmes

Stefania Affatato, 34 ans, veut mettre un terme à la violence basée sur le genre en Italie. Après un voyage en Zambie, où elle a étudié la campagne Stop à la violence de l'Association Mondiale des Guides et des Eclaireuses, Stefania s‘est inspirée de ses nouvelles compétences pour prendre position contre la violence en rentrant à la maison. Dans une initiative audacieuse, elle a décidé d'inclure aussi des garçons

“En Italie, la violence domestique est la forme de violence la plus répandue qui touche les femmes. Jusqu'en 1981, il existait une loi indiquant que si une femme commettait un adultère, la tuer était justifiable. Cette loi n'existe plus, mais il persiste un état d'esprit selon lequel la violence n'est pas un problème social, mais un problème familial.

"J'ai beaucoup appris sur ces questions lors de ma formation Stop à la violence en Zambie, organisée par l'AMGE, et cela m'a fait comprendre que la violence est un problème mondial. Nous devons y mettre un terme. Pour faire cela, les filles doivent être éduquées sur la question et se sentir assez confiantes pour avoir leur mot à dire et s’exprimer.

“Quand je suis rentré en Italie, je voulais organiser des séances axées sur la campagne Stop à la violence. L'Association italienne des Guides et Scouts (CNGEI) est composée de garçons et de filles, alors, quand j'ai discuté de l'idée avec mon équipe internationale, nous avons décidé que si nous voulions mettre un terme à la violence, les garçons devaient aussi être impliqués.

“La violence n'est pas seulement un problème pour les filles, elle implique tout le monde. Les hommes doivent comprendre pourquoi c'est un problème. Lorsque les garçons sont éduqués sur les dangers de la violence, cela leur donne une occasion de partager leurs connaissances avec leurs amis et leur famille. En Italie, nous avons constaté que les hommes ont davantage tendance à écouter d'autres hommes quand il s'agit de questions telles que la violence.
“Quatre d’entre nous développent ces séances d'éducation non formelle - et l'un d'entre eux est un homme. Il est impératif qu'il soit impliqué, car il peut partager son point de vue et son opinion sur ce que les garçons sont le plus susceptibles d'écouter.

“Nous travaillons avec des garçons et des filles dès l'âge de huit ans, en leur expliquant ce qu'est la violence et comment ils peuvent y faire face. Nous parlons de la façon dont le sexe peut causer une discrimination, de la façon dont les femmes sont représentées dans les médias et de l'utilisation du langage. C'est aussi une occasion pour les garçons et les filles de s’informer sur ce qui se passe en Italie et d'y remédier de toutes les façons possibles.

"La mentalité des adolescents, en particulier les ‘Rovers’, est en mutation et beaucoup créent des activités pour stopper la violence. Il est encourageant de voir le projet les faire arrêter, penser et partager ce qu'ils ont appris. Quand je dirige ces sessions, beaucoup de sentiments remontent à la surface. Même si vous n'avez pas d'histoire à raconter, c'est une occasion d'aider les autres à parler de ce qui leur est arrivé.

“Tout projet visant l'élimination de la violence ne sera pas facile. Il est impossible d'éduquer les gens du jour au lendemain s'ils sont incapables de voir qu'un problème existe. Mais nous sommes engagés pour cette cause. Nous nous efforçons d'éduquer les garçons et les filles à penser de façon différente à la violence. Je ne veux pas que ce soit juste une autre activité. Je veux que cela fasse partie de nos activités quotidiennes.

“ Le Mouvement du guidisme est pour beaucoup dans ma passion et mon énergie. Il m'a permis de me lever et de m’exprimer face à l’adversité. Il m'a donné la compréhension et les outils pour grandir et faire partie de cette société. Si je n'avais pas eu cette expérience, je n’aurais pas pu devenir enseignante et je n'aurais pas pu éduquer des garçons et des filles sur les raisons pour lesquelles la violence doit cesser. “
Partager cette page