Action 10 - Ayuden a las sobrevivientes de la violencia de género a mantenerse seguras, estableciendo o apoyando los servicios locales – FIYI

Ditainivanuavou Bolabasaga, Fiyi

“Durante los últimos tres años, he visto un aumento en la violencia contra las niñas y las mujeres jóvenes en Fiyi,” dice Ditainivanuavou Bolabasaga, Coordinadora del Proyecto Voces Contra la Violencia de la Asociación de Guías de Fiyi.

"Les filles sont les plus vulnérables par rapport à la violence. Si personne ne s'attaque à ce problème, elles se sentiront en insécurité à la maison et dans leur communauté et cela pourrait avoir un impact préjudiciable sur leur avenir. Les filles qui ne peuvent pas aller à l'école sont aussi des proies pour les mariages précoces."           

Pour soutenir les filles et les jeunes femmes aux Fidji, Ditainivanuavou travaille avec son groupe de guides à la mise en œuvre d'un programme intitulé Voix contre la Violence dans neuf écoles à travers le pays. Le but ? Garantir que les filles soient soutenues et en capacité d'avoir accès à des services locaux si elles ont subi des violences.

"Les guides à travers les Fidji méritent de connaître leurs droits en matière de violence. L'année dernière, environ 200 guides ont participé à des activités. Elles ont été dotées de capacités pour pouvoir prendre la parole face à la violence. Grâce à la formation, les guides ont acquis connaissances et confiance en elles pour discuter de sujets autour de la violence qui les affectent à l'école, au sein de leur foyer et dans la communauté."

Les guides des Fidji ont été sensibilisées à la violence sexiste à travers un certain nombre d'activités. Elles ont écrit des messages sur des affiches et elles ont participé à des marches et à des performances créatives, notamment des représentations théâtrales, chansons et danses.

Voix contre la Violence est un programme qui a été élaboré par l'Association mondiale des Guides et des Éclaireuses et ONU Femmes. Il a reçu un bon accueil à travers les Fidji. Cependant, il faudra encore du temps avant qu'il garantisse aux survivantes de la violence sexiste la possibilité de se mettre en sécurité et d'avoir accès à des services locaux. Il faudra encourager la communication et intensifier la sensibilisation sur le sujet.

Ditainivanuavou, qui a formé de nombreuses guides sur le programme, a également encouragé ses amies à prendre la parole et à rechercher de l'aide.

"Deux de mes amies sont des survivantes de la violence sexiste. Dans mon rôle, j'ai été à même de les écouter et de les aider en les conseillant sur la manière de chercher de l'aide."

Le dur travail devra se poursuivre. 62 autres guides leaders dans 31 écoles primaires ont été formées, de même que 18 leaders scouts, qui travailleront conjointement pour garantir que le programme Voix contre la violence continuera à avoir un impact. 

Partager cette page