Solutions au changement climatique: Les pouvoirs exceptionnels des femmes et leurs idées

COP 16- Delegates with Mary RobinsonLes femmes sont les plus touchées par les changements climatiques mais sont mieux à même d’agir en tant qu’agents du changement. Aujourd’hui, nous avons participé à un événement parallèle concernant les femmes et le leadership. Le panel des femmes d’influence était présidé par Mary Robinson, Présidente Fondation Mary Robinson –Justice climatique, et incluait Christiana Figures, Connie Hedegaard, Lykke Friis, Maria Fernanda Espinosa, et Patricia Espinosa.

Les membres du panel ont proposé une riposte à multiples facettes pour faire face aux dérèglements climatiques qui inclut: les actions d’atténuation et d’adaptation, l’éducation et l’élimination de la pauvreté.

Nous devons absolument responsabiliser les jeunes femmes pour qu’elles puissent agir afin de faire face aux changements climatiques. Des femmes continuent encore de faire la cuisine avec des feux ouverts et contribuent donc ainsi directement au problème climatique en raison des rejets de carbone noir. Les femmes représentent la catégorie de population la plus vulnérable dans le monde—elles doivent aller chercher l’eau, faire la cuisine, aller parfois loin pour ramasser le bois de chauffage, cultiver la nourriture. Nous éduquons nos enfants aux gestes durables ou non durales.

Christiana Figures, Secrétaire exécutive de la COP

Plus que jamais, les femmes ont un rôle important à jouer dans les relations internationales. Nous devons sensibiliser l’opinion à l’approche genre dans les nombreuses problématiques qui sont débattues à Cancun”. La problématique du genre est une composante essentielle du processus. Chaque jour, il y a plus de femmes qui occupent des postes à responsabilités, mais les femmes sont encore sous-représentées.

Patricia Espinosa, Présidente de la COP16

C’était stimulant d’écouter ces femmes émérites qui mènent le combat pour la défense des droits de l’homme dans le cadre des changements climatiques.

Emily Rodriguez, déléguée de l’AMGE, États-Unis

À la découverte du Village dédié aux changements climatiques

Cinq déléguées de l’AMGE sont maintenant reparties dans leurs pays respectifs - Kenya, Canada, Australie et Danemark. Et pour rehausser la visibilité de l’AMGE et porter haut notre message qui doit convaincre plus que jamais, nous avons décidé de répartir les membres restants en deux groupes.

Les déléguées nouvellement arrivées sur place en cette deuxième semaine et les déléguées qui ont participé à la COP15 ont pris la relève au palais des congrès de Cancun Messe et à l’hôtel Moon Palace.

Les autres déléguées en provenance du Costa Rica, du Honduras, du Mexique, de Zambie et du Danemark se sont rendues vers la section consacrée à l’action communautaire dans le Village, situé juste en dehors de la ville, là où les membres de la société civile qui promeuvent l’éducation non formelle peuvent s’informer sur la COP16 et les changements climatiques en général.

Nous avons tout d’abord participé à une activité conjointe avec l’OMMS en circulant dans tout le Village pour distribuer des bracelets portant le message "Scout 1 - 1 Cobija". Une grande excitation régnait parmi tous les écoliers qui venaient d’arriver par cars entiers – non seulement parce qu’ils avaient reçu un bracelet, mais en tant que témoins de la collaboration entre cette foule de personnes de différentes nationalités avec leurs foulards.

Puis, l’une des éclaireuses locales nous a conduits dans l’enceinte d’un bâtiment au contenu visuellement très intéressant, où nous avons pu admirer de formidables photos hautes en couleurs suspendues au plafond. Les photos illustraient tout une mosaïque de traditions mexicaines, de la vie quotidienne au Mexique et un voyage à travers le temps – des bébés que l’on baignait dans la rivière locale jusqu’à de vieilles femmes mexicaines toutes ridées qui tissaient des vêtements de toutes les couleurs.

Après cette expérience riche en émotions, nous avons rejoint la conférence ‘Changements climatiques – Forum de la jeunesse" où se déroulaient des sessions d’informations concernant la CCNUCC, la COP16, et l’Article 6 et pour observer en général ce qui se passe dans cette enceinte privilégiée, là où la société civile n’a pas accès.

Demain, nous nous réjouissons de nous joindre à d’autres ONG pour planter des arbres.

Trine G. H. Thomsen, déléguée de l’AMGE, Danemark

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment. Soyez le premier à commenter en utilisant le formulaire ci-après.

La parole est à vous

Si vous avez quelque chose à dire, merci d’afficher un commentaire. Veuillez faire preuve de considération pour les autres et évitez d’afficher des remarques insultantes ou hors sujet. Toute remarque considérée inappropriée sera supprimée. Le code HTML sera ôté des commentaires, mais les sauts de ligne seront conservés.

Type the characters you see in the image above