4èmeJournée

Les déléguées s’engagent à “stopper les violences”

La nouvelle campagne de plaidoyer de l’AMGE attendue avec impatience a finalement été lancée au cours de la séance plénière du jeudi 14 juillet. Camilla Lindquist, membre du Conseil mondial a présenté notre nouvelle campagne avec des faits froids et crus de violences subies par les filles dans leur vie quotidienne aux quatre coins du globe.

World Conference delegates applauseA l’échelle mondiale, ce sont six femmes sur dix qui subissent des violences physiques et/ou sexuelles au cours de leur existence. 60 millions de filles sont agressées sexuellement à l’école ou sur le chemin qui y mène chaque année. Les violences à l’encontre des filles et des femmes représentent une des pires violations des droits humains et comme l’a indiqué Camilla « Trop de personnes se sont tues pendant trop longtemps ». En tant qu’organisation mondiale, Camilla nous a invitées à agir et à nous unir autour de notre nouvelle campagne « Stop aux violences. Prenons la parole pour les droits des filles ».

Depuis 2009, un plan stratégique a été mis en place pour donner vie à ce projet et les déléguées à la Conférence mondiale ont eu le grand honneur d’être parmi les premières personnes à ajouter leur voix à la campagne.

A travers l’éducation non formelle, la campagne viendra en appui des filles et leur donnera le pouvoir de prendre la parole pour leur propre compte et pour celui d’autres filles.

Quatre discours émouvants ont été prononcés par des jeunes femmes passionnées qui ont expliqué pourquoi elles s’engageaient à mettre fin aux violences. Lena, du Liban s’est exprimée sur la récente situation politique dans son pays et le peu d’écoute accordée à la voix des femmes. Elle a déclaré que nous devions nous servir de notre voix pour prendre la parole contre les violences car « les filles sont les agents du changement ».

Rachel, une jeune représentante de l’AMGE, du Canada, a fait devant l’auditoire, le récit émouvant des confidences des guides de son propre groupe sur les violences qu’elles avaient subies. Pour Rachel, cette campagne est « une étape importante pour le guidisme ».

Maria, du Costa Rica reconnaissait combien ses yeux avaient été ouverts aux problématiques des violences dans le monde et qu’elle était maintenant convaincue que « bien que venant de pays différents, le pouvoir de notre organisation mondiale nous permettait de nous unir pour faire stopper les violences ». Pippa, du R.-U., s’est exprimée ouvertement sur les expériences de violence qu’elle a vécues personnellement. Elle s’est engagée à faire appel aux médias sociaux pour « agir afin d’aider nos membres et toutes les femmes ».

Urjasi Rudra, représentante ONU Femme  et coordinatrice de la plateforme en ligne Unissons-nous pour dire NON Say NO – UNiTE online platform, s’est ensuite exprimée sur le travail accompli par les Nations unies sur cette problématique mondiale. Elle a loué le nouveau partenariat entre l’AMGE et les Nations unies et a déclaré qu’ « il n’y avait pas de meilleur sujet sur lequel focaliser toutes ses capacités et sa passion ».

Urjasi a expliqué comment nous devions porter cette campagne auprès de tout un chacun. Elle nous a encouragées à faire appel aux medias mondiaux comme plateforme à partir de laquelle lancer notre cri. Elle a exposé les étapes pratiques que le partenariat vise à mettre en place d’ici avril 2012, comme la tenue d’une série d’événements « Stop à la violence » dans les Centres mondiaux, la préparation d’un rapport international, la conduite d’une étude sur les conséquences des violences subies par les filles et les jeunes femmes, le nouveau programme d’insigne que l’AMGE met actuellement au point et les 16 jours de militantisme pour mettre fin aux violences liées au genre. L’AMGE et les Nations unies veulent réunir 10.000 voix s’exprimant pour les droits des filles d’ici le 10 avril 2012 car comme l’avoue Urjasi, « Ensemble, nous pouvons y arriver ».

Les déléguées ont ensuite été sollicitées pour remplir une carte d’engagement servant de déclaration sur la manière dont elles vont personnellement s’engager pour mettre fin aux violences. Toute la salle a crié sa promesse dans une grande cacophonie pour marquer le lancement de notre campagne qui doit changer la vie « quand un murmure se transforme en cri ».

Pour en savoir plus sur la campagne et ajouter votre voix : www.stoptheviolencecampaign.com

Membres élues au Nouveau Conseil mondial

Les élections au Conseil mondial ont eu lieu le jeudi 14 juillet lors de la 34ème Conférence mondiale à Edimbourg.

Six nouvelles membres ont été élues au Conseil et c’estNadine El Achydu Liban qui a été proclamée sous les applaudissements, Présidente du nouveau Conseil mondial. Sapreet Saluja des Etats-Unis en est la nouvelle Vice-Présidente.

Les six nouvelles membres du Conseil mondial sont :

Membres ayant droit de vote :

  • Jill Zelmanovits, Canada
  • Teruko Wada, Japon
  • Shaleeka Abeygunasekera, Sri Lanka
  • Fiona Harnett, Nouvelle Zélande
  • Nicola Grinstead, R.-U.
  • Michelle February, Afrique du Sud

 Membres suppléantes :

  • Niumaath Shafeeg, Maldives
  • Florence Chidiogo Enemuo, Nigeria